Jean-François de Villiers est né le 4 avril 1940 au Chesnay, près de Versailles. Enfant, il est isolé du monde par de fréquents ennuis de santé.

Dans le jardin de sa grand-mère, un marronnier complice lui fait des signes par la fenêtre. Il réalise ses premières peintures et sculptures vers l'âge de douze ans et construit d'immenses villages de terre et d'écorces. Il aime le cirque, le théâtre et le mime. En 1958, il commence une série de peintures à l'œuf : les coquilles sont remplies de gouaches de couleurs différentes et lancées par la fenêtre sur de grands papiers noirs.

En 1960, lors de l’inauguration du couvent de la Tourette, Le Corbusier lui écrit : « (…) âge vingt ans, tout est devant vous, dépend de vous, voir, discerner, choisir et agir et votre conscience pour juger ! (…) ».

En 1965, après son service militaire comme sous-lieutenant en Algérie, il se remet à peindre.

En 1966, première exposition. Marqué par ses nombreuses visites, le dimanche après-midi, dans l'atelier reconstitué de Constantin Brancusi au musée d'Art Moderne à Paris, il entre alors dans une période de sculptures blanches filiformes qui va durer dix ans : les Structures Aquatiales.

Show more

En 1967, à l’époque de son envol vers l’Angleterre, quelque chose lui inspira une approche plus volatile et fluide de son prénom, répondant mieux au nouvel élan qui allait se manifester : Jean-François devant Jephan, dont la dernière syllabe, suspendant le souffle, résonnait comme une ouverture de l’espace, en même temps qu’elle venait vers lui à travers les âges, puisque sans qu’il le réalise à ce moment précis, un prénom quasi homophone -Jehan- habitait déjà une longue lignée de ses ascendances paternelle et maternelle.
Il s'installe à Londres. De multiples rencontres lui permettent rapidement de montrer son travail dans plusieurs galeries. En 1968, il est le premier artiste à installer une exposition dans la cathédrale de Coventry. L'écrivain et critique d'art Max WykesJoyce, correspondant à Londres du New York Herald Tribune, qui deviendra un de ses grands amis, écrit: "C'est une chose rare que de rencontrer un sculpteur de premier ordre, de toute intégrité et de complète authenticité... Deux de mes amis les plus intimes furent Constantin Brancusi et Ossip Zadkine, et mon professeur fut Germaine Richier ; c'est pourquoi je sais de quoi je parle, grâce à ces trois sculpteurs de génie. (…) Il vit à Londres dans la même simplicité. Je salue la cathédrale ressuscitée et le maître sculpteur qui y expose son œuvre...".

L'atelier, 18 Stanley Crescent, non loin de Portobello Road, est en sous-sol. Horace, perroquet vert au front jaune, libéré d'une oisellerie, garde les lieux en parlant l'amazonien. Il aime le plâtre et les fils électriques.

En 1969, exposition du jeu d'échecs aquatial à la galerie David Hicks à Londres, et à la galerie André Pacitti à Paris.

En 1972, une exposition est organisée par la galerie De Sphinx à Amsterdam où il rencontre le peintre bolivien Fernando Montes. Désormais, les Silences (qui annoncent peut-être les Fragments de mémoire), Orores, Scarabàmes, Prophètes et Totems envahissent l'atelier qui est chaque dimanche après-midi ouvert aux visiteurs.

Pendant l'été 1975 apparait un immense personnage de plâtre, debout comme un arbre avec une énorme tête, mi-homme mi-poisson.

En 1976, lors d'un voyage à Bruxelles pour l'anniversaire d'une amie, il découvre la forêt de Soignes et ramasse le premier bois qui annonce le Voyage en Arbonie. Toute la période "blanche" a été nécessaire pour parvenir à cet instant fondamental.

En 1977, il quitte Londres et s'installe à Bruxelles où il rencontre l'américaine Alexandra Monett, directrice de galerie, et Simon du Chastel, céramiste et collectionneur d'art primitif. L'atelier est en ville, sous les nuages. Papier, bois, terre, feuilles et plumes sont les matériaux désormais utilisés. Mamouche, princesse persane adoptée, joue avec les têtes en pain mais ne peut pas miauler.

En 1978, les premiers travaux de cette nouvelle période sont exposés à la galerie Alexandra Monett. Deux autres expositions mises en scène par Corneille Hannoset ont lieu dans la même galerie en 1980 et 1982. Le musée d'Art Moderne de Bruxelles fait l'acquisition du Chant de la terre. Dès lors, le public manifeste une adhésion qui n'ira qu'en se confirmant. Un Fragment de mémoire est déposé à Shanghaï.

En 1984, première exposition du Cantique à la mémoire d'un arbre à la ferme du Gourlî, à Tourinnes-la-Grosse, pour les Fêtes de la Saint-Martin. Jephan y reviendra souvent.

En 1985, exposition au Domaine Provincial d'Hélécine. Tchang Tchong-Jen, l'ami d'Hergé, de retour à Bruxelles, vient lui rendre visite avant de s'installer à Nogent-sur-Marne. Ils passent plusieurs journées ensemble aux environs de Paris. Tchang décide de faire son portrait. Ils se retrouvent l'été suivant au château de Corroy où une exposition a été installée dans la salle des gardes. Dans une lettre datée du 21 juillet 1986, il lui écrit : "À l'heure où l'on s'inquiète de façon universelle de la protection et de la survie de la forêt, vous présentez une œuvre munie de ce sentiment ancien et profond que vous avez pour le bois qui révèle de façon si touchante que vous étiez, à votre manière, un précurseur... "

En 1986, il réalise les décors pour la Cantate à trois voix de Paul Claudel pour le Nouveau Théâtre de Belgique. Exposition à la galerie Hugo Godderis à Furnes. Dans le cadre du Festival de Patras en Grèce, son exposition de sculptures installée dans une église obtient un immense succès. La visite de Melina Mercouri est très émouvante. Pendant son séjour, il réalise une centaine d'écritures sur de grands livres de voyage.

En 1987, l'Espace Jephan de Villiers est créé pour deux ans par l'Autre Musée à Bruxelles.

En 1988 et 1990, il conçoit plusieurs scénographies à la chapelle des Brigittines et au nouveau théâtre de Belgique autour de La Chambre des Mémoires et des Bâtons du Vent pour la chorégraphe Michèle Swennen.

En 1989, le Cantique à la Mémoire d'un Arbre est installé au musée d'Art moderne de Bruxelles. Jephan de Villiers quitte le 154 chaussée de Charleroi pour Jolymont, à Boitsfort. L'atelier est en bordure de la forêt de Soignes, sous les chênes, les hêtres et les marronniers.

En 1990, publication aux éditions de Lassa de l'ouvrage Jephan de Villiers, l'Arbonie, textes d'Emmanuel Driant, préface de Tchang Tchong-Jen, photographies de Philippe De Gobert. La réalisation de Mille et trois souffles d'écorce ou la dernière forêt en marche prend un an. L'ensemble est montré pour la première fois à l'Autre Musée en 1991. Danielle Gillemon écrit dans Le Soir: "La sculpture, c'est parfois beaucoup plus que la sculpture. Chez Jephan de Villiers qui assemble et construit des figures à partir de matériaux récoltés en forêt, la nostalgie des civilisations perdues est absolue, comme sa fascination pour la vie sous l'écorce. De cette double attention est née l'utopie la plus surprenante et la plus poétique qui soit, chaque élément contribuant à animer une sorte de vie processionnaire dont émane une musique puissante et grave".

De 1982 à 1992, il participe à plus d'une centaine d'expositions collectives et réalise plus d'une quarantaine d'expositions personnelles.

En 1992, exposition à la galerie Caroline Corre à Paris. En décembre il est invité, avec le sculpteur Daniel Fauville, par le Commissariat Général aux Relations Internationales de la Communauté française à représenter la Belgique dans le cadre de la Première Biennale internationale des arts de Dakar. La Galerie de prêt d'œuvres d'art au château Malou à Bruxelles conçoit l'exposition Duo : Christian Dotremont - Jephan de Villiers. Quelques mois plus tard, il prend part à l'exposition inaugurale de la Fondation Européenne pour la Sculpture Des sculpteurs et des arbres au parc Tournay-Solvay à Boitsfort.

En 1993, participation à l'exposition Wallonie-Bruxelles à la galerie Bab Rouah à Rabat avec ses amis Camille De Taeye, Christian Rolet et Alain Winance. En été, plusieurs sculptures importantes sont installées à l'Abbaye de Maubuisson et à l'hôtel de ville de Saint-Ouen-l'Aumône. En novembre, des centaines de visiteurs montent à pied dans la neige vers l'ancienne école Saint-Charles de Nodebais pour visiter l'exposition installée pour les XXVIIIes Fêtes de la Saint-Martin.

En 1994, exposition à la galerie Lavignes-Bastille à Paris. Harry Bellet écrit dans Le Monde: "Organisés en processions, ou regroupés en d'étranges convois funéraires, ils pleurent la disparition des grands arbres. L'exposition procure un poignant sentiment de retour aux sources... ".

Première rencontre avec Claude Roffat. Exposition au musée des Beaux-arts de Mons.
En 1995, exposition in vitro avec Camille De Taeye à la Vénerie, à Bruxelles. Nombreuses expositions collectives. Création de la Fondation Jephan de Villiers.

En 1996, exposition au Centre d'Art et de Plaisanterie de Montbéliard et à la galerie Béatrice Soulié à Paris, qui publient ensemble l'ouvrage Fragments de Mémoire. Apparition des premiers ours. Exposition Outre-terre au CIRCA à Montréal organisée par la Vénerie.

Dans un article intitulé Le pouvoir d'engendrer une civilisation paru dans la revue Etc. Montréal, Elisabeth Recurt écrit : "Jephan de Villiers respecte à ce point la source de son travail qu'il va parfois jusqu'à replacer dans le cœur d'un tronc entaillé une de ces figurines, ou à enfouir au creux de la terre humide un de ces objets témoins. Signe d'acceptation du passage du temps malgré les efforts de résurrection opérés... Il rend ainsi à la nature ce qui lui a permis de continuer son exploration, acceptant la perte. Le symbolisme de cet échange reste une expérience privilégiée du sculpteur, comme le sont ses gestes pour marquer un passage dans chaque haut lieu spirituel de la planète, en y laissant un Fragment de Mémoire.... Les visiteurs de l'Art en Campagne, art contemporain 1969-1990 découvrent Mille et trois souffles d'écorce ou la dernière forêt en marche à Saint-Hubert.

En 1997, exposition La barque souterraine et les bâtons à mémoire à l’Autre Musée à Bruxelles.

Exposition personnelle dans le cadre de Civilisation imaginaire au Musée de la Halle Saint Pierre à Paris, à propos de laquelle Jean-Louis Kuffer écrit dans 24 heures de Lausanne : « un enfant passant par-là fit l’autre jour la remarque à Jephan de Villiers : « mais dis donc, monsieur, tu sais donc voler à l’intérieure de toi » et qui dirait mieux ce sentiment d’apesanteur qu’on éprouve en traversant l’Arbonie, à l’écoute de la poésie du monde ? ». En novembre, exposition les imprévisibles rencontres à la galerie Béatrice Soulié. Nombreuses expositions personnelles et collectives.

En 1998, participation à l'exposition Tournez la page à la Vénerie à Bruxelles et à l'exposition Le rêve est dans la boîte au musée Labenche d'art et d'histoire à Brive-la-Gaillarde. En juillet, il retrouve son ami Costas Tsoclis sur l'île de Tinos pour participer à la création de l'Académie Cycladique pour l'Europe. Les 19 et 20 septembre, ouverture au public de la Fondation Jephan de Villiers à Jolymont dans le cadre des journées du patrimoine. Exposition Autour de Jephan de Villiers, des enfants et des arbres à la galerie Béatrice Soulié à Paris.

En 1999, exposition "Petites figures ailées en plein minuit" à la galerie Béatrice Soulié. Participation à l'exposition Les amours de Midas, à la galerie Quadri à Bruxelles. L'Ecole Européenne de Bruxelles adopte la sculpture Les âmes-oiseaux pour ses quarante ans. A la demande de la Commission Artistique des Infrastructures de Déplacement (C.A.I.D.) il réalise plusieurs projets de sculptures monumentales pour la station de métro Albert à Bruxelles. Publication de Mots dans le Vent, entre Tinos et Noirmoutier, été 1994 dans la Collection Mémoires dirigée par Eric Coisel. Participation à La nuit de l'imaginaire à l'abbaye de Villers-la-Ville. Publication aux éditions Le Bateau Fou (galerie Roseline Koener) de l'ouvrage Les ours, gardiens du peuple d'Arbonie (texte de Caroline Lamarche). Une dizaine de travaux récents sont installés dans l'exposition "Mise en boîte" organisée par la ville de Dieppe. Exposition personnelle à la galerie Roseline Koener, Westhampton Beach, New York. Les visiteurs de l'exposition "Animal" au Musée Bourdelle à Paris découvrent "Les bestioles ou bestiaire pour un enfant-roi" et "L'ours et le papillon".

En 2000, participation à l'exposition Messagers de la terre à l'Espace d'art contemporain, Lycée agricole Xavier Bernard à Rouillé en France. Plusieurs expositions personnelles à Bruxelles organisées par la galerie Pierre Hallet et la commune de Watermael-Boitsfort.

En 2002, du 28 janvier au 28 juillet plus d'une centaine de sculptures sont exposés à la Halle Saint Pierre - la scénographie est de Françoise Vouez.

Sur l'invitation de son ami Claude Roffat (créateur et éditeur de l'œuf sauvage) quelques pièces récentes prennent place dans l'exposition L'œil à l'état sauvage à la galerie Berlioz à Sausset-les-pins près de Marseille.

En septembre, la petite chapelle XVIIème du castel Saint Pierre à Beauraing accueille une petite partie de l'exposition de la Halle Saint Pierre.

Lors du festival du cinéma belge, le Lincoln center de New York accueille quelques pièces réalisées à Westhampton.

En octobre, la galerie Béatrice Soulié et Jephan de Villiers se retrouvent au Carrousel du Louvre dans le cadre d’Art Paris. Les 23 et 24 novembre, la fondation ouvre ses portes à plus de deux mille visiteurs. C'est Bruxelles ma découverte : Watermael-Boitsfort. A quelques pas de là, le Nouveau Théâtre du Méridien présente quelques pièces récentes sur ses murs de briques rouges.

En mars et avril 2003 "la barque souterraine et les bâtons à mémoire" font partie d'une exposition intitulée "Deuxième Nature" au musée Lanchelevici à la Louvière. Pendant la même période, une exposition d'ouvres récentes : Métamorphoses nocturnes et porteurs d'automne" est installée à la Galerie Ephémère à Montigny le Tilleul, près de Charleroi.

Jephan participe alors aux expositions : Au-delà du Corps à Aix sur Vienne Chamans à la Bibliothèque Aragon à Choisy le Roi et Cabinets de Curiosité à l'UCL à Bruxelles.

En octobre, son ami Simon du Chastel, collectionneur d'art primitif lui demande de montrer une dizaine de sculptures dans un ensemble intitulé Art africain et artistes à la Vènerie à Bruxelles.

En mars 2004, après quatre années de travail, les sculptures monumentales réalisées pour la Station de métro Albert à Bruxelles sont inaugurées. Une grande figure ailée en bronze accompagnée de deux cent dix fragments de mémoire déposés dans une fosse au niveau mezzanine et un immense chariot à mémoire au niveau des quais.

De longs séjours en Charente-Maritime donnent naissance aux Reliquaires du bord du monde et aux Orgues de mer. Ils font suite aux Mémoires océanes et aux sculptures en fragments de carapaces de limules réalisées à Westhampton, Long Island quelques mois plus tôt lors des expositions à la Galerie Roseline Koener.

Les Reliquaires sont exposés à la Galerie Béatrice Soulié à Paris en juin 2004 et à la Galerie Pierre Hallet à Bruxelles en Novembre 2004.

Le salon de Mai se tient aux Ateliers Berthier de l'Opéra de Paris - Jephan est invité.

Il travaille de plus en plus souvent avec son ami Eric Coisel qui, quelques années auparavant, avait créé à Paris les éditions Collection mémoire".

Eric lui rend souvent visite en Charente-Maritime et à Bruxelles.

Il lui apporte cahiers, livres et carnets sur lesquels il réalise des "écritures". Ces ouvrages sont ensuite transmis à des écrivains comme Joël Bastard ou Michel Butor pour ajouter textes et poèmes.
Le 27 avril 2004 naît un chien Bouvier Bernois dans la campagne flamande. Il rejoindra Jephan et Fafie quelques semaines plus tard. Il s'appellera Dourakine et assistera le 25 juin au vernissage d'une importante exposition personnelle intitulée Mémoires de terre à l'Espace d'Arts de Rouillé près de Poitiers.

En octobre 2004, une trentaine de sculptures investissent les extraordinaires lieux souterrains de la Galerie Fort-Art à Tournai.

La saison 2005 commence par une exposition personnelle à la Galerie Grand-rue à Poitiers.

Pendant l'été, tandis que se déroulent la biennale d'Aix sur Vienne et l'exposition "Boites" à la Galerie Graffiti à Montmorillon auxquelles il participe, deux expositions importantes sont installées en Charente-Maritime à la Maison de la Forêt à Montlieu-La-Garde (26 mars -30 mai) et au Pôle Nature de Vitrezay "Les Orgues de mer" (15 juin-12 août).

Ces expositions annoncent l'ouverture de l'Espace Jephan de Villiers inauguré à Corloux le 19 août.

En novembre Jephan est invité au Moulin de Tourinnes par Albert et Marilise Niesten pour fêter les 40 ans des Fêtes de la Saint-Martin (Tourinnes la Grosse). Les visiteurs découvrent le " Bestiaire pour un enfant-roi", les Reliquaires du bord du monde et les Orgues de mer.

Le 21 mars 2006 s'ouvre au musée de la Halle Saint Pierre à Paris une importante exposition intitulée Esprit de la Forêt, Jephan occupe presque toute la salle du rez-de-chaussée du Musée. Pendant ce temps, la ville de Nantes accueille "Ours et Arbonautes".

L'Espace Jephan de Villiers à Corloux est ouvert au public de juin à octobre. Dès la rentrée de septembre une nouvelle exposition est installée à la Galerie Béatrice Soulié à Paris tandis qu’un triptyque et des oeuvres récentes sont accueillies dans le cadre de Mosaïques 2006-Art Contemporain à Port-Sainte-Marie près de Troyes.

De mars à juin 2007, une importante exposition est présentée au Musée Denys-Puech à Rodez. Un livre intitulé Le peuple sous l’écorce est publié à cette occasion aux éditions du Rouergue.

Pendant l’été, les visiteurs de l’Espace Jephan de Villiers à Corloux découvrent pour la première fois Les Arches du Silence.

En mars 2008, il est l’invité d’honneur des dixièmes rencontres d’artistes à Montmorillon : La cité de l’écrit.

De mai à fin août, Le château du Grand jardin à Joinville (Haute Marne) accueille une trentaine de sculptures récentes misent en scène par son épouse. Les visiteurs qui traversent les merveilleux jardins du château s’arrêtent à l’exposition pour découvrir entre autres les Anges de mer et les Porteurs d’automne. Les éditions Castor et Pollux publient un important ouvrage avec des photographies de Laurent Bardet et des textes de Michel Butor et Claude Macherel.

Cette exposition est transportée à l’ancienne Gare de Watermael à Bruxelles pour célébrer pendant trois mois les trente ans du Voyage en Arbonie (1978/2008).

Une autre exposition intitulée Sources d’encre s’ouvre à L’Espace Jephan de Villiers à Jolymont pendant la même période. Documents, cahiers d’écritures et livres réalisés par les éditions Collection mémoires d’Eric Coisel à Paris sont montrés pour la première fois à Bruxelles.

Pendant l’été, Jephan participe à plusieurs expositions collectives : Image écrite à la galerie Indigo à Damme, Chamanismes et chamans à la galerie Graffiti à Montmorillon.

En Octobre, s’ouvre à Bruxelles sur le site de Tour et Taxi la plus grande exposition jamais réalisée sur le développement durable : C’est notre terre. Une des plus importantes œuvres de Jephan de Villiers : Mille et trois souffles d’écorce où la dernière forêt en marche est installée au coeur d’une impressionnante bibliothèque de sable. L’exposition accueillera 200 000 visiteurs et sera rouverte en septembre 2009.

En mars 2009, Jephan est invité à participer à l’exposition Approche végétale au Musée du pays d’Ourthe-Emblais et en décembre quelques travaux récents sont installés à la galerie Espace Venta à Liège pour l’exposition Autour de l’arbre.

Les visiteurs du salon de Mai 2009 découvrent Après Minuit, l’animal aux écritures blanches et la forêt tranquille. A cette occasion, le prix du salon de mai (prix Fondation de Coubertin) lui est octroyé.

Cette oeuvre partira directement à l’abbaye d’Auberive où sera inaugurée une exposition intitulée : Claude Roffat, un parcours singulier organisé par Jean Claude Volot. Claude Roffat avait en 1998 édité un ouvrage consacré à Jephan dans la collection L’oeuf sauvage.

Vingt sculptures sont en même temps exposées à la galerie Indigo à Damme qui fête ses vingt ans d’existence. En novembre, le philosophe et critique d’art, Christian Noorbergen invite Jephan à installer son travail dans l’abbaye Saint Martin des Aires à l’école des arts appliqués de Troyes.

En 2010, le port de Vitrezay et les Carmes de Jonzac accueillent Les anges de mer et Le bestiaire pour un enfant Roi. Béatrice Soulié expose des œuvres récentes dans sa galerie de la rue Guénégaud à Paris. En septembre, la galerie 2016 à Bruxelles accueille Les arches du silence.

En 2011, exposition Au travers du temps à la chapelle des Augustins du CRDP de Poitiers et à la galerie Grand Rue à Poitiers.

Début 2012, les arches du silence sont à la scène nationale du Creusot et en juin Les nomades du silence arrivent à l’abbaye de Beaulieu en Rouergue Ils y passeront l’été dans l’impressionnant dortoir des convers. L’abbaye acquise par Geneviève Bonnefoi en 1959 est devenu un centre d’art contemporain en 1970. Le 30 septembre à Saintes, Jephan reçoit le prix de la Haute Saintonge 2012 remit par l’académie de Saintonge.

En 2013, Jephan de Villiers participe à plusieurs expositions dont L’arbre qui ne meurent jamais au musée d’art contemporain du théâtre du sablon à Neuilly.

Duo avec le peintre Eric Fourez chez MGart à Zeebrugge. La médiathèque de Mérignac reçoit une trentaine d'œuvre dans son lieu d’exposition de juin à septembre.

En 2014, Jephan expose du 20 mai au 12 juillet à la galerie Nicaise de Paris une vingtaine d'œuvres récentes avant d’occuper les magnifiques salles de la Commanderie des Antonins de Saint Marc la lande. Il s’installe en Charente-Maritime près de Mirambeau. L’espace Jephan de Villiers ouvre ses portes pendant les journées du patrimoine le 20 et 21 septembre.

Textes et rêve et la caravane des poètes proposent Poésie en Arbonie, lecture spectacle au cercle laïque de Dreux.

Après Anvers en 2004, Bruxelles, Namur, Auch, Salzbourg, Avignon (festival 2011)…Le spectacle de Patrick Masset L’enfant qui…inspiré de l’enfance et de l’oeuvre de Jephan de Villiers continue son aventure et sera joué à La Réunion en mai 2013 et au Québec, à New York…

Des fragments de mémoire ont été déposés : aux sources du Gange à Gaummuk, en Chine, en Amazonie, en Grèce, au Sénégal (dans un baobab), au Maroc dans le Haute Atlas, en Belgique, en France, en Grande Bretagne,en Bosnie, au Kosovo, au Népal, au Vietnam, en Terre Inuit, à Chinguetti au Sahara Mauritanien, en Martinique, aux USA, en Corée du sud, au Japon…

Bibliography
Collections and awards
Jephan de Villiers and Belgium

Books

/